Foire Aux Questions

La croissance rapide de l’hémangiome dans les jours suivants la naissance est un bon signe de diagnostic. La prise de photographies de la lésion (avec un smartphone par exemple) permet d’observer la croissance ou le changement d’aspect de l’hémangiome et donc aide au diagnostic. En cas de suspicion d’un hémangiome infantile et pour toutes autres questions sur la pathologie, consultez votre médecin, lui seul pourra établir le diagnostic.
Les hémangiomes sont des tumeurs vasculaires bénignes et de localisations variées. En fonction de la taille et de l’endroit où il se situe, il peut y avoir des complications locales : une ulcération notamment au niveau du siège avec le frottement des couches et les phénomènes de macération, une surinfection locale de l’ulcération, une gêne fonctionnelle pour respirer (si hémangiome localisé sur le bord des narines ou les voies respiratoires) ou voir (sur les paupières) ou pour la prise du biberon (hémangiome des lèvres). Si la localisation se situe sur une zone n'étant pas à risque vital ou fonctionnel, la gêne sera surtout esthétique si celui-ci ne régresse pas complétement et qu’il persiste une cicatrice.
La "tâche de naissance" peut être de couleur plus foncée (hyper pigmentée) ou plus claire (hypo-pigmentée ou achromique) que la peau péri-lésionnelle ; elle peut également être colorée le plus souvent rouge (angiome plan, hémangiome au stade précoce) ou bleue (tâche mongolique). L’angiome plan et l’hémangiome sont deux entités distinctes. Les hémangiomes sont typiquement absents ou à peine perceptibles à la naissance, et vont croître rapidement durant les cinq premiers mois de vie du nourrisson.
Une régression de l'hémangiome intervient habituellement entre 3 et 5 ans. Dans environ 69% des cas, il y aura des séquelles plus ou moins importantes : résidu fibro-adipeux pouvant être réduit chirurgicalement ou une aire de peau lâche et fine due à la destruction du tissu élastique. Les séquelles peuvent également être des télangiectasies (petits vaisseaux apparents qui persistent après l’involution de l’hémangiome infantile) accessibles à un traitement laser. Références: Constantijn G. Bauland, Thomas H. Lu¨ning, Jeroen M. Smit, Clark J. Zeebregts, Paul H. M. Spauwen, Untreated Hemangiomas: Growth Pattern and Residual Lesions, Pediatric, 2011.
Non, il n’a pas été démontré d’hérédité dans la survenue d’un ou de plusieurs hémangiomes infantiles.
Non, il n’a pas été reconnu de lien entre l’alimentation et/ou une prise médicamenteuse durant la grossesse et la survenue d’un ou de plusieurs hémangiomes infantiles.
Il n’existe pas de recommandation lors de la grossesse pour éviter l’apparition d’un ou de plusieurs hémangiomes infantiles chez l’enfant à naître.
Ils peuvent toucher tout le corps dont la tête (40%) et le cou (20%) ainsi que les muqueuses (lèvres, organes génitaux externes, larynx). De rares localisations viscérales peuvent être associées à certains hémangiomes superficiels, diffus (atteinte aérienne ou hépatique). Références: Hémangiome infantile - Christine Léauté-Labrèze, Véronique Sans-Martin - Angiomes et angiomatoses La presse médicale - tome 39 n°4 - avril 2010.
A la différence d’un angiome plan, l'indication d'un traitement par laser est très limitée pour les hémangiomes infantiles. Il est surtout possible de réduire, par cette technique, les télangiectasies résiduelles (petits vaisseaux apparents qui persistent après l’involution de l’hémangiome infantile).
Une autre question ?
FAQ